Le charme discret du désordre

21 février 2019 • La maison du projet


L’alignement subtilement désordonné des façades, le caractère anarchique des rustines d’enrobés sur les trottoirs, les fenêtres qui semblent à la fois coordonnées et dépareillées. Et surtout cette vie un peu hétéroclite qui se déverse dans la rue, fourmillante, incongrue, joyeuse.

C’est le défi du projet urbain. Eviter à tout prix le quartier sur papier glacé, impeccable, sans la plus petite aspérité, reflet d’un concept parfait. Donner du cœur et de l’estomac au projet. Quelque chose d’incarné, de vibrant.

Concrètement, il s’agit bien de fabriquer du désordre. On ne retient pas l’alignement impeccable des potelets le long de la rue, on se souvient juste de celui qui était un peu tordu par la marche arrière hâtive d’un voisin. On ne retient rien du flux des passants pressés qui se hâtent vers l’anonymat de leur appartement, on se souvient juste de ces enfants qui s’étaient lancés le défi de déambuler dans la rue comme des funambules, en ne marchant que sur le fil imaginaire formé par une ligne de craie dessinée au sol par on se sait trop quel esprit revêche.

A la Maillerie, toutes les bonnes volontés pour fabriquer du désordre sont les bienvenues. Il n’y a pas de recette à cet égard alors venez proposer vos idées. C’est ainsi que nous imaginons la Ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *